LES PEULH, " GENS DU VOYAGE"

Publié le par Michèle Demain

                           Je vous propose, aujourd'hui de faire connaissance avec une ethnie fascinante par son histoire et sa culture.

                                    Les Peulh, ethnie à vocation pastorale, s' inscrivent dans la mosaïque des peuples, la population du Burkina-Faso, bien que réunie sous le même drapeau, n' est pas homogène, elle ne compte pas moins d' une soixantaine d' ethnies.

                                      Au Nord Est, les grandes steppes ou le sable affleure, sont le domaine de prédilection des nomades Peulh et Touaregs. Eleveurs de bovins, les Peulh ont une origine mystérieuse. Ils viendraient, peut être de l' Ethiopie et même du Yémen, pays d' ou ils auraient émigré depuis un ou plusieurs millénaires. Certains archéologues auraient reconnu des Peulh dans les peintures rupestres dans le Tassili Algérien, en plein Sahara. Remontant à l' époque ou ce désert était encore vert, quelques millénaires avant l' ère chrétienne, elles représentaient des pasteurs poussant leurs troupeaux à travers de grands pâturages.

                                    Commencées dans la nuit des temps, les migrations des Peulh, d' Est en Ouest, ne sont pas terminées, certains groupes se sont sédentarisés et convertis à l' Islam, puis ont fondé de puissants empires dans les siècles passés; empires peulh de Sokoto au Nigéria, Sultanats du Nord Cameroun, empire Peulh du Macina au Mali,royaume de Foute- Toro au Sénégal, royaume di Fouta Djalon en Guinée.
                                       Ardents prosélytes de l' Islam, les Peulh ( ou Foulbé) n' ont cessé de lancer la " guerre sainte" ( jihad) contre les peuples animistes ou contre les musulmans jugés trop " tièdes".
                                        Quand aux Peulh, restés nomades, ils ne se sont pas convertis à l' Islam, restant fidèles à la " voie Peulh", philosophie de l' existence qui les conduit à exalter la beauté des grands espaces, ou transhument leurs troupeaux, ainsi qu ' à poursuivre éternellement leur errance.

                                       Etant également très sensibles à la beauté du corps humain, hommes et femmes Peulh affectionnent les parures: colliers, bracelets, boucles d' oreilles.....Les femmes arborent, mêlée dans des coiffures savantes, la fortune, en pièces de métaux précieux, de leur famille, au sens très large du mot.

Une de leurs plus belle fête est le " Gerewol", véritable concours de beauté pour hommes.






















                                             Le visage maquillé et parés de bijoux, ainsi que de plumes d' autruche, les adolescents arrivés à l' âge adulte, se regroupent pour une danse, alignés, ils seront examinés par leurs compagnes, tout aussi joliment parées. Les plus beaux seront désignés d' après l' éclat de leurs dents et le blanc de leurs yeux, qu' ils mettent en valeur par de savantes mimiques.

                                          On pourra voir leurs campements autour des villes de Dori, Gorom-Gorom, de Djibo et d' Aribuda. Dans ces agglomérations, ils viennent vendre et acheter des vaches, les jours de marché, ou se tiennent de véritables foires aux bestiaux.

                                         Lors de ces fêtes, notamment le Gerewol, le moindre village semble totalement investi par les Peulh, en grand apparat, et comme vidé de sa population initiale, c' est un hymne à la beauté.

                                  Mais attention, ces jours là, ne regardez qu' avec les yeux, ils sont très jaloux de leurs richesses, qu' elles soient matérielles ou simplement liées aux critères de la beauté et le coupe-coupe n' est jamais loin,on se " hache" très facilement ces jours là. d' un même regard, ils imposent le respect empreint de crainte et forcent l' admiration, mais vous serez fascinés par la profondeur de leur regard et conquis par l' éclat de leur sourire Pourquoi se priver d' un tel plaisir !!!!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Aurore Amengual 28/07/2009 17:35

Bonjour Michèle,
Merci de nous faire partager ces beaux moments de voyage. Ce blog m'a d'autant plus touché que j'y ai reconnu la photo d'une femme Peuhl rencontrée ce printemps dans une cour de Mopti au Mali (la dame qui porte un saladier en terre cuite sur la tête, les grosses boucles d'oreille et le collier en argent plaqué or).
Le monde est vraiment petit grâce à internet et aux gens de coeur,comme vous, qui partagent leur expérience ou leurs rencontres.
Encore bravo et merci à vous,
Aurore.

sali maloum 07/03/2009 12:11

bj je suis sali maloum etudiant en chimie a l ens de yaounde .je suis un peulh et tres content en lisant votre article car je me sens interpeler a vous aider dans la promotion de notre culture .merci

Charlotte 20/02/2009 01:27

Bravo, bravo pour ce superbe article et les photos ! C'est vraiment très bien renseigné. Au passage, on trouve des boucles peulh chez KARUNI sur internet http://www.karuni.fr
Karuni.fr

demain 16/11/2008 10:39

enfin j'ai decouvert le blog a minouche ma vie sera differente depuis ce jour bravo ma cherie46X

badadi 11/11/2008 19:32

Magnifique et très enrichissant, j'ai beaucoup aimé ce billet et les photos de ces femmes qui sont très belles et leur philosophie me plait beaucoup.
Merci d'enrichir notre culture.
Bonne semaine