VILLAGE PEULH,LA DECOUVERTE

Publié le par Michèle Demain

                   L' une de mes errances en brousse, au Sénégal, m' a conduite au sein d' un" village Peulh", si l' on parle des Peulhs " peuple nomade," c' est à priori, un pléonasme, tant ce qualificatif fait partie de leur identité première, cependant les choses changent, la recherche constante de pâturages devient de plus en plus difficile et reste subordonnée aux caprices de " dame nature".

                            UN PEU D' EAU !!!
                      Cette difficulté, sans cesse grandissante, a conduit nos amis Peulhs, contraints et forcés à se sédentariser progressivement et à mener, pour certains, des activités annexes à l' élevage, telles qu' un peu d' agriculture, pour l' essentiel de la survie.

             NURSERY  POUR  LES  VEAUX
                       Le village que j' ai découvert, m' a semblé prospère, les cases construites " en dur" pour la plupart y affichent une forme de protection bienveillante, quelques structures traditionnelles sont dévolues au rangement des biens les plus précieux, récoltes, fourrage, bois, etc.

                    TRES  BELLE  COUR
                        Toujours les enfants, qui partout, il est vrai, ont par leurs sourires et leur spontanéité, un vrai pouvoir de séduction, certains semblent perplexes et même boudeurs, mais c' est lié, je pense, à la présence d' une " toubab" au coeur de leur quotidien.

       LES  ENFANTS, TELLEMENT  SEDUISANTS
                       Les femmes jeunes et moins jeunes sont avides d' échanges, de contact, en général partageant les problèmes liés aux enfants,et aussi les " histoires de femmes", bijoux,  tenues vestimentaires, leur quotidien d' épouse et de mère de famille, etc.

              CONTACT  ENTRE  FEMMES
                 A noter que les très jeunes femmes, 12-13 ans, coiffées d' un foulard, sont déjà mariées, la condition d' épouse, implque de ne pas sortir tête nue, la vitalité liée à leur jeune âge, les conduit à assumer les tâches les plus dures physiquement, pour le bien de la communauté.

                   HISTOIRES  DE  FEMMES
                         


























                                                                                                   
                                                                                                                                  LA  DANSE  DU  PILON !!!
                                    Les  petits bouts, toujours aussi craquants!!!

                                Et d' autres, encore

                     HESITANTS, LE  JEUNE  HOMME

      UN  PEU  EBOURRIFEE, LA  DEMOISELLE
                         Les hommes sont quelque peu distants, affichant leur méfiance dans la dureté de leur regard, au demeurant, témoignage de la fierté de cette ethnie.Ils contruisent les cases " en dur", s' occupent de conduire les troupeaux sur les grands marchés aux bestiaux, lorsque les besoins de l' ensemble du village, les contraignent à se séparer de quelques têtes de bétail, mais c' est toujours, la mort dans l' âme que chacun s' y soumet.

                   TOUJOURS  TOUT  PRES

                      LA  CHARPENTE !!!
                       Le puits constitue une véritable richesse pour le village, et l' effort physique que représente la tâche de " tirer de l' eau", s' efface pour ne laisser place, qu' au bonheur d' avoir, ignoré le mal au dos !!!!

              L' EAU, SOURCE  DE  VIE
                     Cette nouvelle rencontre et ce partage d' un moment de vie, vient enrichir mon album- souvenir, et prend pour moi, la forme d' un gand privilège, celui d' avoir été acceptée pour un moment, dans l' intimité de chacun, c' est un véritable cadeau, que je range avec les autres, déjà nombreux, coté coeur, mais je n' ai, hélas que mon sourire pour les en remercier.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Guy Sauzet 14/04/2009 10:22

Bonjour et merci pour ces nouvelles qui nous parviennent par vos messages et votre blog.
Bravo pour le travail que vous faites là-bas, pour votre sensibilité et votre générosité de coeur.Bravo également pour ce blog, qui nous amène au plus près de réalité dans les villages, auprès des gens, de leurs difficultés et de leur appétit de vivre.
Je vous embrasse

badadi 12/04/2009 20:07

Encore un récit enrichissant qui me permet de connaitre un peu la vie de ce peuple.
Comment allez vous?
Je vous embrasse